Ben voilà, j'm'y mets. Il fallait que j'm'y mette. Il fallait que je me (la) raconte. Forcément, parce que sinon, je ne m'y serais jamais mis. J'éclaircirais ce point plus tard.

En attendant, pour bien commencer, il faut que j'aille à la préfecture régulariser la situation de mon épouse. Je peux déjà donner ici un premier conseil : ne vous mariez jamais avec une américaine.