Ca me rend tout triste.

Le ouèbe est envahi d'inutile, de malsain, de grotesque, d'abrutis, de fric - à - fric, de merdouillasse complaisante.

Tout le monde peut s'exprimer. Ca revient à dire que personne ne peut s'exprimer.

Ici et là, des ilôts. L'un d'eux vient de fermer :

Allez dans Google. Tapez, dans la barre de recherche, "Grosse fatigue". Vous tomberez sur une page qui annonce la triste nouvelle.

Grosse.fatigue.free.fr ferme définitivement sur un gros coup de blues.

Téléchargez ce qu'il y a à télécharger, le PDF de je ne sais plus combien de Mo. Lisez, y a de la matière.

Ca vallait le détour. Ca causait bien. C'était un univers. On se prenait à penser "ha, ya des gens qui savent écrire...".

C'était des chroniques sur tout ce qui peut passer par la tête d'un type assez flou. Un prof un peu aigri. Un râleur. Un Français comme on les aime. Un vrai de vrai, pas l'image d'Epinal ni le chauvin tranquillement raciste qu'on imagine en évoquant cette nationalité, mais un individualiste, un franc tireur, un râleur sans être con (très rare), un sodomiseur de mouches, un empêcheur de penser comment qu'on vous dit qu'il faudrait, un photographe argentique, un dinosaure décomplexé, un concept dont on se demande perpétuellement s'il est du passé ou à l'avant garde...

Je suis tout triste.