le_r_ve_am_ricain

Donc, voilà, j'ai déménagé le site vers un serveur plus "pro" que Orange, et je suis pour l'instant assez content. Les serveurs sont plus rapides, et l'adresse fait un peu moins amateur. J'attends encore quelques semaines avant de passer à "point com", voir si les revenus générés par la pub justifie la location d'un nom de domaine...
Il fallait déménager, oui, parce que j'ai passé la barre des 100 Mo de données, mais pas que.
Je vais devoir dire adieu à Orange d'ici peu.
Non que leurs services soient plus mauvais que d'autres (en fait, ils se valent tous, à mon humble avis), mais parce que je déménage. Physiquement. Hors de France.
Au jour d'aujourd'hui (21 avril, jour de douloureuse mémoire), j'ai toutes les raisons de croire que devenir immigré à mon tour est la seule solution pour ne pas me retrouver avec un cocktail molotov dans la main d'ici quelques temps. Ma femme me dit que, là où on va, Sarkozy serait qualifié de dangeureux gauchiste, mais bon. Au moins, je me sentirai moins concerné. Ce sera plus facile de ne pas lire les titres des journaux, de ne pas entendre ce que dit la télé ou la radio... Bien entendu, je suivrai ce qui se passe en France, mais j'aurai la position confortable s'il se peut d'un correspondant de Radio Londres.
C'est lâche, je sais. Mais bon, je suis marié et papa, il est temps de se mettre au vert...
Alors voilà, on se prépare. Je suis allé à l'ambassade de Etats Unis pour lancer la procédure de visa. L'ambiance y est plus décontracté (et surtout moins ouvertement raciste) qu'à la préfecture du Rhône, c'est clair. On m'a demandé comment j'avais rencontré ma p'tite femme, et là, je n'ai pas senti le regard suspicieux auquel les fonctionnaires franchouillards chargés de "protéger la pureté du sang de la Nation" nous avait habitués. On ne m'a pas accusé de faire un bébé pour "avoir des papiers". J'ai senti tout de suite un truc que nos immigrés à nous doivent bien regretter : du respect.
Ca doit bien se sentir, je quitte ce pays sans beaucoup de regret. D'une part, parce qu'on compte bien revenir, quand même, mais d'autre part...
Bon, j'ai fait une liste de ce qui me manquera :

  • la famille, les amis
  • le Saint Félicien, le Comté, le Brie de Meaux, le Roquefort
  • Les bouteilles de Macon à 4 euros
  • Les terrasses des cafés.
  • ...
Et puis c'est tout.
Je dois admettre, ma vie personnelle des dernières années ajoutée à l'ambiance générale m'ont fait prendre en grippe ce pays. Le racisme décomplexé, le retour de l'identité nationale à la sauce Pétain, mais aussi l'absence de volonté généralisée, qui a rendu l'ultra-libéralisme seule alternative à une vision toute puissante de l'Etat...
Bon, par exemple, prenons le CPE :
D'un côté, on a un gouvernement qui fait le coup habituel des "fainéants qu'il faut remettre au travail", en leur en faisant supporter le coût total. De l'autre, des gens qui veulent encore croire (ou faire croire) que le CDI à vie dans un même poste est possible, voire souhaitable.
Moi, dans mon p'tit coin, je me dis : et pourquoi pas un contrat garanti et un contrat non-garanti ? Avec une majoration de salaires brut (charges incluses) de 10% à 20% pour le second ? Avec un crédit de formation à la charge de l'employeur pour les deux contrats ? Avec ces deux choses, l'employeur aurait ce qu'il voudrait (de la flexibilité) et l'employé aurait une vraie contrepartie (des sous et la possibilité de se retourner en cas de licenciement). Et les heures supplémentaires, pourquoi pas les autoriser jusqu'à 50 heures par semaines, mais avec là encore une majoration de 20% ? Comme ça, si l'employeur se plaint de dépenser trop de sous en heures supplémentaires, il serait incité à revoir son management, et peut être à embaucher...

Oui, je sais, tout ça sonne "social démocrate", voire "centriste"... Certes, mais c'est très franchouillard, comme vision... Bordel, entre les mecs qui veulent mettre à la rue des familles entières sous prétexte de pas de boulot et ceux qui militent pour des allocs à vie, y a bien une solution plus logique, plus responsable, et surtout plus efficace en tout point de vue. Ah, c'est vrai, c'est une solution qui induit plus de profs, plus d'assistants sociaux, plus de moyens à l'Anpe et aux missions locales...

Bon, j'ai encore bavé sur ma copie, et abordé des sujets politiques qui fâchent. Tout ça pour dire qu'ici comme ailleurs, c'est pas les cons qui manquent pour diriger les moutons à l'abbatoir, simplement, là bas, je les comprendrais pas quand ils diront une connerie...