Ayé, ma fille, mon épouse, et moi-même, on a emménagé aux Etats Unis !
Ca pète la classe, hein ?
Bon, en même temps, on est dans le Kansas. J'avais dit à ma femme d'essayer de nous mettre dans l'Illinois (Chicago), dans la Californie (la bien, celle du nord, celle de San Fransisco) ou même dans l'état de Washington (Seattle), mais bon. La proximité géographique de beau-papa et belle-maman a été un argument décisif, et pouf, on se retrouve dans une petite ville mi-étudiante, mi-militaire (y a une grande université avec plein d'étudiants qui picolent et une grande base militaire qui fait des essais d'artillerie deux nuits par semaine, ça donne une idée de l'ambiance...), qui s'appele Manhattan, qui se surnomme "Little Apple" (au moins, ils ont de l'humour).
Alors, on a acheté une maison (venant de Lyon, j'ai eu l'impression qu'on l'a eu pour trois fois rien, le prix de la moitié d'un studio sur les pentes de la Croix Rousse), et on s'installe petit à petit.
Evidemment, on a eu quelques occasions de déchanter un peu au début (maintenant, ça va mieux). D'abord, quand j'au vu le salaire sur le contrat de travail de ma femme, j'ai dit "Champagne!"... Puis vint la première feuille de paie. Aïe. Comme dit un voisin, "they do need our money for their war". Ah c'est clair que vingt pourcents de taxes dans les dents, on revoie sa liste de noël à la baisse. Dommage, je me voyais déjà avec des Shoeps dans les six mois. Pas grave, me disais-je, je me contenterai de Neumann dans un premier temps.
Puis est venue la question de l'assurance maladie. Moi, bêtement, je réflechissai en bon p'tit français habitué à la Sécu, j'avais calculé par rapport à ce que payait ma femme en tant qu'indépendante (600 par trimestre, 300 pour l'URSSAF, 300 pour la sécu)...
Hé ben, en éxagérant à peine, ici, les trimestres, ils font un mois. Aïe.
Bon, ben, les Neuman, euh...
Déjà qu'ici, la consultation d'un généraliste, c'est plus de 80 dollars, remboursés partiellement même avec la meilleure assurance... C'est clair que tu fais attention à prendre une écharpe dès qu'il fait un peu froid...
Ca a élargit ma compréhension des problèmes du système d'assurance maladie aux Etats Unis (avant, je me disais qu'il y avait des dysfonctionnements; maintenant, je sais que c'est simplement de la merde chère et peu efficace). Plus basiquement, avec ma femme, on s'est dit que les Etats Unis, c'était quand même une méga arnaque qui te fait miroiter plein d'opportunités... A condition de gagner plus de 50000 par an (notre esimation d'un minimum pour bien vivre; en France, on avait estimé ce minimum à 30000 euros par an, c'est dire...).
Bon, passé les moments d'énervement et de désespoir, on a quand même découvert qu'il y a avait moyen de réduire un peu ces factures, et d'au moins être capable de vivre correctement avec un seul salaire.
Ah ceux qui dirait "ben t'as qu'à travailler, toi !", écho au "Get a job" qu'on entend tout le temps par ici, je rappelle que j'ai une fille en bas âge, un niveau d'anglais très améliorable, et une maison à entretenir. Ouaip, je suis un "Desperate Housewife"...
Bon, c'est pas bien, je n'ai fait que râler sur les Etats Unis. Et encore, je n'ai pas mentionné la pénurie de camembert au lait cru, de vrai chocolat, et de l'ambiance "pays de l'Est" qui te saute aux yeux quand tu passes dans le rayon lingerie féminine des supermarchés. Sérieux, ma grand mère trouverait leurs soutien-gorges trop prudes...
Mais y a des points positifs. Quand j'ai vu la rapidité à laquelle j'ai obtenu un residence permit de dix ans, avec lettres de bienvenue et documentation en français, je me suis dit, tiens, ça nous change de la Préfecture du Rhône... Quand j'ai appelé leur "consumer service" pour prévenir que j'avais changé d'adresse, c'est une demoiselle très gentille qui m'a répondu que c'était pas grave, juste un petit formulaire à remplir sur Internet, j'espère vous avoir été utile et agréable, passez une magnifique journée, monsieur.
Si ça continue, je vais appeler les services de l'immigration pour le plaisir, moi !
Les esprits chagrins diraient que c'est parce que je suis un bon p'tit blanc, que ça pose pas problème... Figurez-vous que j'en ai discuté avec la bonne femme qui nous a loué le camion pour déménager, et qu'elle confirmait qu'on se sentait accueillit, qu'elle avait eu une expérience assez différente avec l'Allemagne, dans laquelle elle avait voulu séjourner uniquement six mois, et que, oui, malgré les murs le long de la frontière mexicaine, ce qu'il y a écrit sur la Statue de la Liberté est encore dans les têtes...
La bonne femme en question était Iranienne, voilée de la tête aux pieds, et ça ne dérange personne...
Je ne dis pas que c'est le paradis pour les non-mariés à un américain, mais bon, connaissant l'exemple de la France, ça donne à relativiser...
Bon.
J'ai dit trop de bien, faut que je me remette à râler.
Le taux d'emploi est ici infiniment supérieur à celui de l'Europe, nous dit-on. Je confirme. Les flics s'occupent en mettant des contraventions aux voitures garées dans le sens inverse de la circulation, même dans une petite rue (remarques, une copine a déjà reçu une amende en France pour avoir traversé hors d'un passage piéton...). Quand tu vas au supermarché (qui, le plus souvent, est ouvert 24/24 et 7/7), y quelqu'un pour mettre tes courses dans les sacs et amener ton caddie à ta voiture. Le boulot de placier dans les cinémas existe encore aux Etats Unis. Ca semble merveilleux, tous ces gens qui ont un emploi bon d'accord pas très valorisant mais quand même, sauf que, confère plus haut, je rappelle que le salaire minimal est de sept dollars. Brut. Sans assurance maladie.
Je suis parti de France en étant plutôt Vert, plutôt social-démocrate. Je vais revenir Rouge Pêtant...
Bon.
J'ai bien râlé, faut que je dise du bien.
Les gens sont gentils et souriants, toujours prêts à taper la tchatche. Quand tu veux traverser la rue avec ta fille dans les bras, les voitures s'arrêtent avant que tu te sois engagé, la vitre descend et les gens disent "oh she's so cute !". C'est vrai que ma fille est adorable, mais quand même. Bon, je suis déjà aussi tombé sur des paranoïaques et des têtes de cons, mais ça reste des exceptions, quand même. Une bonne femme qui voulait appeler la police parce que j'étais rentré par erreur dans les toilettes des femmes. Une autre qui a crié au harcèlement parce que je m'étais avancé pour l'aider à mettre un truc encombrant dans son charriot, au supermarché. A chaque fois, les gars de la sécurité, appelés à grands cris, m'ont confirmé du coin de l'oeil qu'on avait affaire à des échappés de l'asile, et je m'en suis sorti avec les excuses de la direction, alors...
(...)
J'ai bien encore d'autres trucs sur lesquels râler, mais là, y a un équilibre, alors je vais en rester là, pour le moment.
Ah, j'oubliais : si quelqu'un pouvais passer le mot à VOTRE président (je ne souhaite en assumer aucun des deux pays), qu'il arrête de se faire filmer complètement bourré après des rencontres avec des présidents russes (vu l'état dans lequel il était, il devait en avoir vu douze à la fois). Depuis que je suis ici, dès qu'on apprend que je suis français, j'ai droit à "t'as vu la vidéo sur YouTube ?". C'est déjà assez humiliant comme ça de l'avoir pour président, faudrait pas qu'il en rajoute...
Bon, je retourne faire mon jardin avant l'hiver continental qui va bientôt nous tomber dessus...