Ces temps-ci, on voit beaucoup de reportages ou de documentaires sur ce pays qu'on considère à tort comme le pays de Georges. J'en ai regardé 2 ou 3, sur Arte, qui est sensée donner des documentaires bien faits et point trop ethnocentriques (because double nationalité). Ca le fait le plus souvent, mais pas toujours.

Oh, c'est sur des détails, mais c'est agaçant.

Dans le moindre petit bout de reportage, vous verrez ces images apparaître:

- un couple de gros entrant ou sortant d'un "dinner"

- une grande avenue dans une zone commerciale

- 8 fois sur 10, Lexington Ave., à New York, avec des gens qui marchent. Les deux autres fois, c'est Time Square

Avec, en option, quelques afro-américains assis devant une devanture de magasin fermé (Harlem), un Humvee qui passe, et, si on va vers le sud, un vieux avec un chapeau de cowboy, une route qui traverse le désert (avec les os de vache qui blanchissent au soleil), ou encore un gamin de 10 ans tirant à la carabine à plombs.

Je suis pas forcément très objectif, mais c'est un peu chiant, l'utilisation de ces clichés.

Remarque, dans l'autre sens ça marche aussi. Même si la télévision américaine parle peu de l'étranger, j'ai quand même vu l'équivalent pour la France : une petite rue pavée, une église, une brasserie, les Champs Elysées, une 2CV, un p'tit vieux à gapette...

Là où je trouve que c'est dommage, c'est qu'on perd, avec ces clichés, la valeur d'une critique. Ca vient peut être du problème de l'image, on peut pas faire de pause image pendant le commentaire, faut boucher les trous avec de l'illustratif reconnaissable.

Mais ça me rappelle les réactions du public après le visionnage de "Bowling for Columbine": ils sont fous ces américains. Réaction gauloise de base. Pas capable de voir la poutre dans notre propre oeil. Pourtant, en 2002, les thèmes tels que l'utilisation médiatique de l'insécurité, de la peur pour faire passer des idées réactionnaires, ça devrait sonner quelques cloches dans nos p'tites têtes bleu blanc rouge, non ?

M'enfin bon, je ne veux pas ajouter du grain à moudre à qui dénonce un "anti-américanisme" un peu fantasmé. Plutôt regretter l'ignorance et l'ethnocentrisme.

Je tâcherais de lister des examples.